Il s'agit de moteurs à courant continu.

La taille des moteurs (diamètre et longueur) est fonction de la catégorie de voiture.

 

Jusqu'au milieu des années 2000, seuls les moteurs à charbons (brushed) étaient autorisés.

Un moteur à charbons est constitué d'une cage supportant des aimants (fixes), d'une tête supportant les charbons et d'un rotor contstitué lui-même de parties ferromagnétiques, de 3 inducteurs, et du collecteur.

 

Le principe de fonctionnement :

les différents enroulements sont alimentés successivement par l'intermédiaire des charbons et du collecteur.

 

Les caractéristiques d'un moteur à charbons sont fonctions principalement du nombre de tour pour chaque enroulement et du nombre de fils. Exemple : un 12x2 est un moteur dont,pour chaque inducteur, 2 fils sont enroulés 12 fois autour d'une partie ferromagnétique et connectés à une partie du collecteur.

On peut ensuite faire varier les performance en fonction de l'équilibrage du rotor, du calage axial du rotor, du décalage du champ magnétique réalisé par une rotation de la tête par rapport à la cage et donc aux aimants (mais aussi la qualité des aimants, le blank - espace entre les parties ferromagnétiques du rotor et les aimants...- ...), le type des charbons, la tension des ressorts appuyants sur les charbons...

 

Dans cette famille, 2 types de moteurs :

- les moteurs "standard" ("stock") avec des bagues bronze, souvent non démontable et avec calage fixe de la tête.

- les moteurs "modifiés", sur roulement, démontables, avec tête réglable.

 

Au niveau entretien, pour des performances optimales, le collecteur doit être "rectifé" régulièrement et les charbons remplacés car en chauffant le lubrifiant brûle...

 

Les moteurs sans charbons ont ensuite fait leur apparition : les brushless.

Un moteur sans charbon est constitué :

- d'une cage supportant les parties ferromagnétiques et 3 inducteurs.

- d'un rotor supportant un aimant,

- d'une tête supportant les connecteurs et les capteurs

 

les capteurs servent à donner l'information de la position du rotor au variateur pour que celui-ci alimente le bon enroulement. Cela permet d'améliorer la progrssivité et de ne pas avoir de "trou" à l'accélération ou lors d'un tête à queue.

 

Le principe de fonctionnement :

les différents enroulements sont alimentés successivement par le variateur en fonction de l'information de la position du rotor.

 

Les caractéristiques d'un moteur sans charbon sont fonctions principalement du nombre de tour pour chaque enroulement. Exemple : un 5.5 est un moteur dont,pour chaque inducteur, 1 fil est enroulé 5,5 fois autour d'une partie ferromagnétique.

On peut ensuite faire varier les performance en fonction du type d'aimant du rotor, du diamètre du rotor (jeu avec les parties ferromatiques, le décalage du champ magnétique réalisé par une rotation de la tête (des capteurs) par rapport à la cage et donc aux enroulements.

 

Au niveau entretien, proche de zéro !

 

Les technologies sont définies par les fédérations (type d'aimant, taille, ...).